Options avancées

Sacré corps

Culture & loisirs 08 mar / 28 avr

Voir tout l'agenda

Le centre d’Art laisse carte blanche pour sa première exposition de la saison 2017 à deux artistes, Flavie Deliencourt et Karl-André Thyriot, qui présenteront leurs œuvres lors de l’exposition « Sacré corps ».

DES ŒUVRES EN ECHO

Suite à leur rencontre lors de l’exposition « Forêt » au centre d’Art en  2016, les deux artistes Flavie Deliencourt et Karl André Thyriot, passionnés par le genre humain et la représentation de l’homme dans notre humanité, ont imaginé un dialogue entre les artistes qu’ils sont au travers diverses œuvres qu’ils présenteront et qui ont été, en partie, réalisées pour l’occasion.

Sous forme de collages, de peintures, de vidéos ainsi que de volumes, Flavie et Karl André posent un regard sur le corps, l’humain d’aujourd’hui et dans sa représentation mythique à travers l’histoire de l’art.

Cette exposition montre aussi l’énergie et la motivation commune de proposer une exposition originale d’une vision d’échanges entre deux artistes.

LES ARTISTES

Flavie Deliencourt est une artiste qui exerce le métier de coiffeuse styliste visagiste.
De par son métier, elle collabore à des clips, à des tournages de séries et de court-métrages puis des reportages de mode.

Ses compétences artistiques amènent Flavie en 2013, à exposer seule chez un particulier à Bourail puis en 2016, elle répond à l’appel aux artistes lancé par le centre d’Art pour l’exposition collective « Forêt ». Son projet retenu, elle y participe avec Karl André Thyriot et dix-neuf autres artistes.

Karl André Thyriot est un artiste diplômé des beaux-arts de Rouen.
Il vit entre Paris, Rouen et Nouméa et travaille dans plusieurs domaines : l'enseignement, la mode, la mise en scène et le costume de scène.

Dans sa pratique artistique, il utilise plusieurs médiums comme le volume, la photographie, la performance ou encore la vidéo, mais aussi des techniques plus artisanales telles que la couture ou le trompe-l’œil permettant ainsi d'offrir son propre regard artistique sur le genre humain qui le fascine depuis toujours.

Le dessin et la peinture sont très importants à son développement : ils sont le fondement même de sa pensée et de son œuvre, un moyen de matérialiser sa vision.

Pour lui, ce qui compte ce n'est pas le cheminement technique mais l'image visuelle finale et le dialogue qui s'installe avec le contemplateur. Peu importe les moyens utilisés (couleur, vidéo ou cliché), l'objet ou l'acte doit être le plus fidèle à son imaginaire, un simple désir de faire partager un univers de création personnel sur ces contemporains.

Dans ses photographies, mises en scène ou performances, il n'hésite pas à utiliser son corps comme matière première servant de support pour endosser des costumes fantasques, déformant et contraignant le corps humain dans des figures baroques, burlesques et improbables.

L'homme, son corps, son raisonnement, sa représentation aujourd'hui et dans l'histoire constituent un champ d'inspiration inépuisable pour l'artiste, lui permettant de jouer des codes préétablis de l'image et de la représentation humaine faisant preuve de fascination et d'autodérision, « vanitas vanitatum, omnia vanitas & sic transit gloria mundi ».

Aujourd'hui, dans ses peintures, il est toujours question du corps et de l’homme. Un homme « gargantuesque », opulent, prenant toute la place. C'est là une recherche esthétique qui l'intéresse même si pour le commun des mortels occidentaux,  ce n'est pas un adjectif de beauté et de contemplation. Lui, les appelle ses « gros » ou ses « grosses » même si cela paraît péjoratif à notre époque.

Or, l'étymologie du mot « grosse » autrefois n'avait pas d'autre sens que de désigner une femme enceinte, symbole de vie.

Pourquoi ces opulents ? C’est la recherche graphique de la ligne, des volumes, l'obsession et la fascination d'une certaine générosité de la chair et la représentation du corps qui attachent le sujet de manière physique et humaine.

A son sens, il y a quelque chose de plus rationnel et de moins conceptuel.

Ce qui permet de poser des questions de volumes et de rapports de formes dans la peinture contemporaine…

De façon plus spirituelle, c'est la générosité, le côté maternel, la métamorphose du corps dans sa splendeur comme dans sa laideur. C'est en quelque sorte une question d'équilibre ou plutôt d'équilibriste mêlée d’humour, parfois de parodie ou même de grotesque. Ses œuvres s'inspirent et bousculent les codes préétablis, mettant le spectateur en doute, en déroute, qu'il soit admiratif ou non pour ne pas le laisser indifférent : « Voir le beau là où l'on ne croit pas qu'il est ».

INFOS PRATIQUES

Exposition du 8 mars au 28 avril
Ouverture le mardi 7 mars, durant la soirée d’ouverture de saison à 18h et 19h30.
Salle d’exposition du centre d’Art, 6, boulevard Extérieur, Faubourg-Blanchot
Tél. 25 07 50
Ouvert du mardi au vendredi aux horaires d’ouverture du centre d’Art.
Entrée gratuite, public avisé.

 

Quartiers : Faubourg Blanchot

Lieu : Centre d'art

Localiser sur la carte
Voir sur Youtube

Rechercher dans l'agenda