Options avancées

Histoire du musée de la seconde guerre mondiale

L’épopée des engagés volontaires, la présence américaine et celle des troupes de l’ANZAC sont profondément ancrées dans la mémoire collective de la Nouvelle-Calédonie.

Si pour la majorité des pays, la Seconde Guerre mondiale est synonyme d’horreurs et de destructions, celle-ci revêt une signification très différente pour le Territoire.

C’est pourquoi, ce nouveau lieu ambitionne de transmettre la mémoire d’une époque et un pan de l’histoire locale.

Le musée reflétera cette vision paradoxale, d’une guerre qui fut plutôt « positive » pour le Caillou malgré les difficultés et traumatismes subis par la population.

En effet, la Nouvelle-Calédonie n’a subi ni dégâts matériels ni victimes sur son sol. 1 100 volontaires ont combattu aux côtés du Général de Gaulle, dans les troupes de la France libre, sur les principaux fronts européens et lors de la Guerre du Pacifique. Le nombre des tués a été relativement peu important : 75 morts calédoniens au combat (contre 575 lors de la Première Guerre mondiale).

Suite à l’installation de 1942 à 1945, des forces alliées (USA, NZ, Australie) dans la colonie, devenue base arrière de la guerre du Pacifique, cette période a généré d’importants bouleversements tant dans la vie quotidienne que dans les mentalités des Calédoniens engendrant une formidable évolution sociale et politique. La colonie a connu également une expansion économique avec le développement de ses infrastructures et une ouverture culturelle sans précédent avec, notamment, le développement du cinéma et des dancings.
À la fin de la Seconde Guerre mondiale, la Nouvelle-Calédonie devient un territoire d’outre-mer où toute la population française qui y habite accède progressivement à la citoyenneté.

Le bâtiment

Ce nouveau musée située 14 avenue Paul-Doumer, au centre-ville, est installé dans une demi-lune construite en 1943 par l’armée américaine qui l’utilisait pour y stocker son matériel.

Ce dock a été donné à la fin de la guerre à la Marine, puis aux FANC qui y entreposaient le mobilier des militaires en poste. Elle a été cédée à la Ville de Nouméa en 2002 en même temps que les bâtiments avoisinants, qui abritent actuellement le pôle culture, jeunesse et sports de la municipalité. Afin de lui permettre de recevoir du public et de concevoir un parcours muséographique, la demi-lune a fait l’objet de travaux d’aménagement.

A très bientôt pour une visite !

Visite virtuelle du musée de la Seconde Guerre mondiale :