Options avancées

100 affiches pour un Centenaire

Exposition à la maison Higginson du 13 août au 21 novembre 2015.

Présentation

Le début du XXe siècle constitue l'âge d'or de l'affiche, qui transforme le paysage urbain. Mais c'est avec la Première Guerre mondiale que l'affiche de propagande politique connaît son véritable essor. 

Conçue comme une publicité, elle renseigne et cherche à persuader en utilisant un discours simple et percutant à une époque où peu de moyens de communications existent et où rares sont les personnes qui lisent les journaux. Contrôlées par l'Etat, ces affiches de propagande servent au "bourrage de crâne", arme nouvelle dans un conflit. Elles permettent, d'une part, de lutter contre la guerre d'usure qui met à mal le moral des troupes et, d'autre part, de renforcer l'aide sollicitée à l'arrière.

Aussi ces affiches vont-elles habiller les murs des pays européens mais également ceux des territoires des empires coloniaux. C'est ainsi la mondialisation de la guerre, à chacune de ses étapes, qui se dessine à travers ces placards, avec des préoccupations analogues dans les différents pays. C'est pourquoi, à chaque affiche, une thématique de la guerre a été jointe, dans un ordre plus ou moins chronologique, avec une référence aux troupes françaises ou anglo-saxonnes du Pacifique.

Les cent affiches de guerre de la collection privée de Pierre Grézard ici présentées, et choisies parmi les deux mille qu'il a rassemblées, ont pour ambition de faire connaître ou redécouvrir les affichistes ayant, par leurs travaux, participé à l'effort de guerre.

Certains sont autodidactes ou issus de la presse illustrée, mais la plupart possède une solide formation artistique. Aussi, en ce début du XXe siècle où l'arrivée de la photographie réduit de manière drastique les commandes faites aux artistes peintres, l'appel ministériel en faveur de la création d'affiches afin de soutenir la propagande patriotique et économique est une opportunité pour s'orienter vers une nouvelle forme de conception graphique.

Authentiques citoyens, voire combattants qui expriment ce qu'ils vivent dans les tranchées comme Jean Droit ou Lucien Jonas, les affichistes transmettent à la population, dans un style qui leur est propre, le même message patriotique. Ainsi, retrouve-t-on les grands courants artistiques : le style académique avec Auguste Leroux, l'Ecole de Montmartre avec Maurice Neumont, l'Ecole de Nancy avec Victor Prouvé, les Symbolistes avec Lucien Levy-Dhurmer, mais aussi les débuts de la génération moderniste des années vingt avec Dorival, Orsi, Broders...

Certains de ces artistes deviendront des affichistes célèbres et nombre de leurs travaux restent gravés dans la mémoire collective. Aussi avons-nous pris le parti de présenter, dans le cartel, une de leur affiche qui n'est pas forcément liée au conflit mais qui est représentative de l'oeuvre de l'artiste.

Consulter les chapitres de l'exposition :

  1. Propagande ou les artistes dans l'effort de guerre
  2. La guerre est déclarée
  3. Au combat
  4. Tous mobilisés : le soutien de l'arrière
  5. Une victoire douloureuse
  6. Un monde à reconstruire