Options avancées

Ciné'art

Culture & loisirs 12 août 2014 - 18h30

Chaque 2e mardi du mois, le centre d’Art propose gratuitement au théâtre de Poche la diffusion d’un film documentaire sur l’art et la culture en VOSTF.

Au progammele 12 août :

Parade, un documentaire français (2013) sur l’art, la culture et le cirque réalisé par Olivier Meyrou. Durée : 72 min.
Ce documentaire est présenté par Alexandre Fournier, un jongleur, porteur et acrobate au sol calédonien de 23 ans qui, après avoir été formé à Nouméa, a poursuivi sa formation à l’Ecole nationale des arts du cirque de Rosny-sous-Bois et est devenu un artiste international. La projection du documentaire sera suivie d’un débat sur les arts du cirque.

Informations pratiques

  • Centre d’Art, 6 boulevard Extérieur, Faubourg-Blanchot. Localiser
  • Entrée gratuite. Les places gratuites, réservées en priorité aux détenteurs de la carte Pass, sont à retirer au centre d’Art. Attention, nombre de places limité à 100.
  • Billetterie ouverte le mardi de 9h30 à 18h, le mercredi, le jeudi et le vendredi de 9h30 à 16h30, et une heure avant le début de la représentation les soirs de spectacle.
  • Renseignements par téléphone au 25 07 54.
 Le documentaire 
Ce film documentaire présenté à la Berlinale 2013 emporte le spectateur dans l’intimité de Fabrice Champion, trapéziste, qui perd l’usage de ses jambes, de ses ailes, suite à un accident. Parade accompagne donc la rééducation de cet homme brisé en vol, de ce tétrapéziste comme il se surnomme lui-même, dans l’acceptation de sa nouvelle condition, de ce nouveau corps qu’il doit porter et supporter.
L’enseignement, la mise en scène et la danse lui permettront de surmonter cette épreuve et de se prouver que, même cloué au sol, il est resté artiste, voire acrobate. Avec l’aide de ses béquilles, Alexandre et Mathias, sa "parade" au sol, il va retrouver le plaisir de la piste et va même créer un ballet au sol re-transposant sa condition.
Très introspectif en première partie, le documentaire prend peu à peu du recul, au fur et à mesure que Fabrice accepte son nouveau corps et adopte un nouveau rythme, une nouvelle tonalité, empreinte d’auto-dérision. Un peu gauche, Fabrice devient très vite attachant et laissera sûrement une trace dans l’esprit des spectateurs.
Parade livre cette intimité brute, sans commentaires, et laisse le spectateur à la déroute. Drôle, dur, il célèbre ces artistes, ces sportifs, brisés en vol et qui refusent de renoncer à leur passion.

Quartiers : Faubourg Blanchot

Lieu : Centre d'art

Localiser sur la carte