Options avancées

Le contrat d'agglomération 2011-2015

Le 18 mars 2011, Jean Lèques, maire de Nouméa, a signé le nouveau contrat d’agglomération 2011-2015 avec Albert Dupuis, haut-commissaire de la République, Pierre Frogier, président de la province Sud et les maires des 3 autres communes de l’agglomération.

Un contrat d’agglomération pour 5 ans

Le contrat d’agglomération 2006-2010 est arrivé à son terme en décembre 2010.

Compte tenu des enjeux auxquels elle doit faire face en matière d'équipements de ses quartiers fragilisés et d'actions de terrain, et de la nécessité de renforcer des stratégies au niveau de l'agglomération, la Ville poursuit cet engagement contractuel avec ses partenaires dans le cadre du contrat d’agglomération 2011-2015 "Dumbéa – Mont-Dore – Nouméa – Païta", dont le montant total s’élève à 17 712 510 760 F.
L’Etat y participe à hauteur de 6 846 863 261 F et la province Sud à hauteur de 3 118 611 506 F.

Répartition entre les 4 communes et les syndicats (SIGN et SMTU)
 CA 2011-2015Part par commune
Nouméa6 462 375 62536,5%
Dumbéa3 590 000 00020,3%
Mont-Dore2 565 135 13514,5%
Païta2 895 000 00016,3%
SIGN et SMTU2 200 000 00012,4%
TOTAL17 712 510 760100 %
Répartition entre les partenaires
 CA 2011-2015Part par partenaire
4 communes, SIGN et SMTU7 747 035 99244%
Etat6 846 863 26139%
Province Sud3 118 611 50618%
TOTAL17 712 510 760100 %

6,462 milliards pour Nouméa

Pour la Ville de Nouméa, le montant du nouveau contrat s’élève à 6 462 375 625 F.

L'Etat y participe à hauteur de 2 458 913 261 F et la province Sud à hauteur de 1 003 732 588 F.

Les objectifs du contrat d’agglomération 2011-2015 à Nouméa :

Ville de 97 579 habitants (selon le recensement de 2009) dont la population a augmenté de 28% en 13 ans, Nouméa comptabilise 78% du logement social de l'agglomération.

Le logement social représente ainsi 19% du logement total de Nouméa.

42 000 actifs se rendent chaque jour à Nouméa, soit 88% de la population active de l'agglomération, ce qui engendre notamment des difficultés en termes de déplacements.

Ainsi, plusieurs objectifs sont visés dans le cadre du contrat d’agglomération :

1. Des objectifs s'inscrivant dans les enjeux du Schéma d'Aménagement et de Développement - Nouvelle Calédonie 2025 :

  • des services et des infrastructures de transport répondant mieux aux besoins du pays;
  • une couverture améliorée du territoire par les services;
  • un projet éducatif au service du destin commun;
  • des politiques de solidarité et d'égalité des chances poursuivies et confortées.

2. Des objectifs de cohésion urbaine et sociale, de renouvellement urbain et d'aménagement durable soutenus par la Ville de Nouméa coïncidant pleinement avec les principes généraux de l'Etat.

2,2 milliards pour l’action intercommunale

Ce nouveau contrat prévoit une enveloppe de 2,2 milliards pour le renforcement de l’action intercommunale, notamment dans le domaine des transports et du renouvellement urbain.

Rappel historique 

  • 1990, 1991 et 1992 : développement Social des Quartiers
  • 1993 -1997 : 1er contrat de ville entre Nouméa et l’Etat
  • 1998 et 1999 : avenants au contrat de ville avec la participation de la province Sud
  • 2000-2004 : 1er contrat d’agglomération
  • 2005 : avenant au 1er contrat d’agglomération
  • 2006-2010 : 2e contrat d'agglomération, signé le 4 mars 2006 

EN SAVOIR PLUS

L’intercommunalité et la participation de la Ville

Se déplacer, gérer ses déchets, acheminer l’eau… Les usages des habitants du Grand Nouméa dépassent aujourd’hui les frontières communales. C’est la raison pour laquelle les 4 communes du Grand Nouméa se sont regroupées en intercommunalité pour conjuguer leurs efforts et répondre plus efficacement aux attentes de leurs administrés.
A travers les contrats d’agglomération, l’Etat et la province Sud soutiennent les projets intercommunaux depuis plus de 10 ans.
En tant que ville centre, Nouméa joue un rôle essentiel dans le développement harmonieux de l’agglomération et finance certains projets à près de 60 %.
Prochain projet phare des collectivités : doter l’agglomération d’un service public de transport en commun plus attractif.