Options avancées

Montravel

L’histoire du quartier

Les Mélanésiens avaient dénommé Tama, qui signifie « en face du récif », cette colline haute de 167 mètres d’altitude et du coup, point culminant de la presqu’île de Nouméa. Après l’arrivée des Français, ce lieu s’est d’abord appelé morne Montravel, puis Montravel tout court, du nom du fondateur de Nouméa.

L’endroit sert d’abord de champ de tir à l’armée, puis, à partir de 1890, de réserve pénitentiaire avec une forteresse abritant les condamnés affectés aux corvées urbaines. Plus tard les bâtiments de la Pénitentiaire hébergent successivement les travailleurs employés à la construction des ponts de Rivière-Salée, l’école des moniteurs indigènes, à partir de 1913, et une compagnie de fusiliers voltigeurs, en 1941.

A la fin des années cinquante le secteur change radicalement de physionomie avec la construction, achevée en 1970, de la cité Pierre Lenquette, du nom d’un sous-préfet originaire de Valenciennes, nommé secrétaire général du territoire et qui trouva la mort lors d’un accident d’avion à Magenta. Cette cité comprend une quarantaine de petits immeubles abritant 340 logements. Elle a fait l’objet d’une opération de réhabilitation au cours de ces dernières années.

Les objectifs du cœur de quartier

Désenclaver le quartier, résorber l’habitat insalubre, rénover l’habitat existant, construire un vrai centre de quartier et plus simplement un vrai quartier pour permettre aux habitants de ce lieu, jeunes et adultes, de trouver l’environnement social, les équipements et les services auxquels ils aspirent sont les préoccupations majeures de l’exécutif.