Options avancées

Points de vue

Au sommaire

La FOL, le Mont-Coffyn, les canons de Ouémo ou encore le parc du Ouen-Toro offrent tous un panorama exceptionnel sur Nouméa et sa région, les baies, les îlots du lagon et les montagnes en toile de fond. Voici quelques idées, pour profiter de la lumière matinale, se vider la tête devant le soleil qui décline en espérant toucher le rayon vert, ou tout simplement partager un instant magique devant un magnifique paysage.

Notre spot préféré : la vue plongeante sur la baie de l’Orphelinat depuis la rue René-Coty (à laquelle on accède, entre autre, par le chemin Jean-Perrier qui s’attrape route de l’Anse Vata à hauteur du Trianon), le matin, lorsque la lumière est encore si douce. Et, à l’heure du coucher de soleil, la même baie de l’Orphelinat et ses voiliers au mouillage, assis sur un banc de la promenade éponyme, les yeux au ras du lagon.

Malheureusement, les abords de ces points de vue sont souvent parsemés de déchets variés (papiers gras, cannettes, emballages…). Alors, merci de penser aux spectateurs suivants, en ne jetant rien par terre. La préservation de ces sites merveilleux passe d’abord par vous !

Ouen-Toro

Ouen-Toro

Descriptif :

La pointe Magnin marque la fin du quartier de l’Anse Vata. Face à cette pointe rocheuse, se dresse la colline du Ouen-Toro. Une route permet de longer le parc municipal et d’accéder au sommet qui s’élève à 128 m au-dessus du lagon. Il est coiffé de deux superbes canons installés par l’armée australienne en 1940. De là-haut, on embrasse un panorama inégalable sur Nouméa et sa région.

En redescendant, la route qui encercle la colline offre fréquemment de nombreux points de vue très intéressants sur les différents côtés de la ville. Au sud, vous verrez à vos pieds les installations des hôtels Méridien et Château Royal, bordés de la plage du Château Royal, ainsi que la plage de l’Anse Vata et, plus loin, l’île aux Canards et l’îlot Maître. En continuant vers l’ouest, s’étendent les baies des Citrons et de l’Orphelinat. Au nord, la vue s’attarde sur les quartiers résidentiels, comme Val Plaisance, Motor Pool, Receiving ou N’Géa. Enfin, à l’est, s’étirent la baie de Sainte-Marie et ses îlots. Au loin, se dressent les montagnes du Mont-Dore et les côtes du Grand Sud calédonien.

La fin de journée constitue le meilleur moment pour partir à l’assaut du Ouen-Toro.

Retour au sommaire
Mont Téréka

Mont Téréka

Descriptif :

L’accès à la colline de Nouville (127 m) se fait par une piste carrossable, depuis la route du Kuendu Beach. Equipée de quatre canons de 14 cm pivotant sur rails, une batterie datant de 1896 se situe en contrebas du sommet. Construit en 1877 et classé monument historique en 1978, le Fort Téréka comprenait à l’origine des plates-formes reliées entre elles par des galeries souterraines maçonnées, une citerne, une poudrière, divers petits ouvrages d'art... et un souterrain long d’une centaine de mètres débouchant près du logement, aujourd’hui disparu, du gardien. Une grande partie de ces vestiges se visitent, en particulier la batterie de canons et le souterrain.

Au sommet de la colline, on trouve une tour d’observation et une carte d’orientation sous abri qui permet de se repérer dans un panorama qui embrasse aussi bien la Grande rade de Nouméa que les passes du récif à l’horizon. Un très joli point de vue, encore un peu méconnu.

Retour au sommaire
Mont Coffyn

Mont Coffyn

Descriptif :

Le Mont-Coffyn offre un très joli point de vue sur différents quartiers de Nouméa. Il se situe tout en haut de la rue du Maréchal-Leclerc, juste à côté de l’antenne de TDF. Pour y grimper, deux chemins possibles : depuis le Mont-Vénus ou par Nouvelle-Calédonie 1ère. Difficile de le rater : le Mont-Coffyn héberge la célèbre Croix de Lorraine, visible de toute la ville, immense croix couleur chocolat qui coiffe le monument inauguré le 18 juin 1973 en l’honneur des soldats calédoniens disparus lors de la Seconde Guerre mondiale.

Le site comprend un parking, ainsi que quelques bancs publics sur lesquels les personnes travaillant dans le quartier viennent s’octroyer une petite pause déjeuner. L’ombre des pins colonnaires incite de son côté à une sieste salvatrice.
Quant au panorama, il couvre 180°, embrassant tour à tour la colline de la FOL, la chaîne des Koghi, le Faubourg Blanchot (que l’on domine tout particulièrement) et la Vallée des Colons, le Mont-Dore, les montagnes du Grand Sud, et enfin le Ouen-Toro et l’île Sainte-Marie. Une bonne adresse à (re)découvrir !

Retour au sommaire
Montagne coupée

Montagne coupée

Descriptif :

La Montagne coupée tient son nom de la montagne à laquelle le quartier est adossé. Il s’agit de la butte de Montravel, au milieu de laquelle fut percée une tranchée au début du XXe siècle afin de permettre le passage des premières automobiles et du chemin de fer. Du haut de ses 167 m, cette colline constitue le point culminant de Nouméa. Inutile de dire que la vue y est belle. Surtout le matin, de bonne heure, quand le soleil encore bas, éclaire le lagon (et l’usine de Doniambo !) d’une chaude lumière.

Au sommet de la butte, se dresse celle qu’on a l’habitude d’appeler la tour OPT, visible depuis toute la ville ou presque. Pour y accéder, il suffit de se diriger vers le Parc forestier et de prendre à gauche, au niveau de la rue Melvin Jones, le court chemin qui grimpe jusqu’à la plate-forme où se trouve la tour. Plus bas, la statue de Notre-Dame du Pacifique dévoile elle aussi une vue splendide sur la partie sud de Nouméa et sur son lagon.

Balisé par la société Cagoutrek, un sentier pédestre municipal partant de la Vierge du Pacifique, devrait bientôt permettre de profiter au terme d’une jolie balade d’1,2 km d’un des plus beaux points de vue sur Nouméa.

Retour au sommaire
Anse du fort

Anse du fort

Descriptif :

Sur un petit cap, appendice de la pointe aux Longs Cous, transformé en terrain militaire, des fortifications sont érigées vers 1860. Le Fort de Ouémo est doté d’une batterie de canons installés dans le cadre de la défense côtière de Nouméa. Déclassés, démontés, remontés, les deux canons sont finalement réintégrés sur site en 1991. Un très joli jardin y est aménagé en 2007, et la batterie redevient accessible au public. Une petite promenade contourne aujourd’hui les deux pièces d’artillerie jusqu’à la pointe d’où une vue magnifique plonge directement dans les profondeurs du lagon. Direction Magenta, Tina et, tout en face, le Mont-Dore et les paysages du Sud. Un très bel endroit, pour un pique-nique, une escapade romantique, ou une petite leçon d’histoire.

Retour au sommaire