Vous êtes ici

Projet de réaménagement de l'Anse Vata

3 septembre 2021

Voir toutes les actualités

Le conseil municipal a approuvé à l’unanimité le projet de réaménagement de la plage de l’anse Vata et de la promenade Roger-Laroque, un site emblématique, vitrine touristique et zone de loisirs essentielle pour tous les nouméens, menacé de disparition à moyen terme sous les effets de la montée du niveau de la mer et de l’érosion.

La dépression Lucas, qui a provoqué en mars dernier un recul du trait de côte de 5 à 7 mètres selon les endroits, aura confirmé, s’il en était besoin, l’importance de la réalisation de ces travaux structurels, sans plus de délais.

Le projet, à l’étude depuis plusieurs années, comprend 2 phases :

  • La création de gradines fixant le trait de côte, et d’un vaste espace de promenade,

  • L’implantation de récifs artificiels « brise-houle » dans la partie est de la baie, la plus exposée aux éléments.

Les travaux, qui devraient durer deux ans, ont été planifiés par « secteurs » afin de préserver les usages nautiques et l’accès à la plage pendant toute la période.

UNE STRATÉGIE DE RECUL ET DE PROTECTION

Afin de fixer et de sécuriser la plage et la promenade le long de la baie, la ville de Nouméa a décidé de prendre des mesures à la fois terrestres et maritimes pérennes :

Fixer le trait de côte (Phase I)

  • En retrait de sa ligne actuelle pour préserver un espace de plage aussi large que possible,
  • Au moyen d’un ouvrage de confortement durable : des gradines minéralisées, constituant un lien harmonieux entre la future promenade et la plage et permettant facilement le passage de l’une à l’autre. Cette structure sera résistante aux conditions maritimes extrêmes des cyclones et coups d’Ouest.
  •  

Diminuer l’impact des vagues et limiter l’érosion de la plage (Phase II)

  • En créant 3 récifs artificiels « brise-houle » à 100 mètres de la côte.

Études et préparation

Ce projet d’ampleur a requis pour son élaboration de nombreuses études et modélisations de l’évolution du site à long terme :

2019 : étude de faisabilité des aménagements de lutte contre l’érosion à partir d’une analyse de toutes les données produites (dynamiques érosives sur 10 ans, enjeux environnementaux, évolution des usages, etc.), débouchant sur une stratégie de gestion après analyse comparative des techniques de lutte contre l’érosion.

2020 – 2021 : expertise complémentaire relative à l’érosion de l’anse Vata, réalisée par le bureau d’études Artelia, expert reconnu à l’échelle internationale en matière de courantologie, confortant la stratégie de gestion dans le temps de l’érosion (via des projections à 2050 et 2070). Études de maîtrise d’œuvre relatives au confortement de la promenade et à la création des récifs artificiels.

2021 : étude des besoins en stationnement.

 

PHASE I : LA PROMENADE

Le trait de côte : le choix des gradines

Un ouvrage de confortement, permettant de maintenir à long terme la promenade, va être créé sur une longueur de 830 mètres, de l’emplacement du loueur de planches à voile situé le plus à l’ouest de la plage, jusqu’à la rue Gabriel-Laroque. Cet ouvrage en béton, en forme de marches, est composé de trois gradines. Outre son rôle de fixation du trait de côte et de confortement de la promenade, il permettra d’accéder facilement à la plage à partir de la promenade et servira également d’assise aux usagers.Des rampes d’accès pour les personnes à mobilité réduite (PMR) complètent l’ouvrage.

Création d'un espace de promenade

Le réaménagement complet de la promenade Gabriel-Laroque est réalisé sur toute la longueur de la baie depuis la route de l’Aquarium jusqu’à la rue Gabriel-Laroque, sur un linéaire de 1 100 mètres. Le projet retenu fait la part belle aux modes doux et à la pratique des activités nautiques :

  • Voies de circulation (coté terre) réduites à une chaussée à double sens de circulation,
  • Et création d’une promenade (côté mer), d’une largeur de 10 à 12 mètres (contre 3,10 mètres aujourd’hui).
  • Ce vaste espace partagé, dédié aux piétons, aux cycles et trottinettes, accueillera également des zones en herbe dans la zone de mise à l’eau des planches à voile.

L’aménagement végétal met en valeur les essences locales :

  • 182 arbres (faux manguier, bois de rose d’Océanie, tamanou, bugny ou pommier Jacquot, issues de la pépinière municipale) vont être plantés,
  • 25 arbres de l’aménagement actuel seront conservés,
  • 14 autres seront transplantés (4 premiers banians l’ont été avec succès après la dépression Lucas).

Le mobilier urbain privilégie les matériaux naturels et un esprit océanien :

  • Paillotes de pique-nique, bancs…,
  • Blocs sanitaires (WC, vestiaires et douches) avec récupération et traitement des eaux usées.

L’espace exceptionnel ainsi créé (de près de 13 000 m2) sera habillé de dalles en pierre naturelle.

Budget et partenariats phase I

Le coût des travaux de la phase I (création de l’ouvrage de confortement et la requalification de la promenade) s’élève à 1,9 milliard de francs. Pour ce projet, la ville de Nouméa va bénéficier d’une aide conséquente de l’État et de la province Sud. Ces deux partenaires, comprenant l’enjeu et le bénéfice collectif du projet, sont, à ce stade, d’ores et déjà engagés à hauteur de 618 millions de francs (dans le cadre des contrats de développement et d’agglomération). Des financements complementaires sont par ailleurs en cours de discussion.

Calendrier prévisionnel des travaux

Les travaux de requalification de la promenade doivent démarrer durant le premier trimestre 2022, après la période estivale et une phase de préparation technique par les entreprises retenues. Leur durée prévisionnelle est de 2 ans. L’appel d’offres, lancé par la ville de Nouméa, met un accent particulier sur une demande aux entreprises de travailler par phases et par secteurs, afin de garantir le maintien des usages et l’accès à la mer aux Nouméens durant toute la durée des travaux.

PHASE II : DES RÉCIFS ARTIFICIELS « BRISE-HOULE »

Trois récifs artificiels brise-houle de 100 mètres de long chacun vont être implantés dans la baie, au large de la plage, dans la zone la plus exposée à la houle, allant de la CPS au centre commercial du Palm-Beach. Ces enrochements sont essentiels pour garantir la longévité des aménagements de la promenade. Une fois implantés, ces récifs de 10 mètres de large, feront l’objet de greffes expérimentales de coraux, complétant le phénomène de colonisation naturelle par la faune et la flore marines. La modélisation précise de ces récifs (dimensionnement, implantation précise…) est en cours dans le laboratoire du bureau d’étude Artélia qui dispose d’un bassin en eau permettant à échelle réduite de recréer les conditions du plan d’eau étudié.

Budget phase II

Une enveloppe de 400 millions de francs sera consacrée à l’implantation de ces récifs artificiels. L’Agence Française de Développement (AFD) apporte également son soutien à hauteur de 10 millions de francs, pour la réalisation d’études environnementales spécifiques, en particulier concernant la greffe de coraux.

 

LA VALORISATION DU SITE DE L’ANCIENNE POLYCLINIQUE

Au vu de la qualité du projet et de son intérêt général, la Nouvelle-Calédonie a accepté le principe d’une session à titre gratuit à la ville de Nouméa de l’espace foncier exceptionnel de l’ancienne polyclinique de l’Anse-Vata. Il sera converti en un vaste espace de loisirs, complétant idéalement le réamenagement de la promenade :

  • farés permettant de recréer et de redynamiser le marché artisanal,
  • création de boulodromes,
  • conservation de l’espace arboré,
  • conservation d’un bâtiment ancien, afin de valoriser l’aspect historique de la présence américaine durant la Seconde Guere mondiale et de la polyclinique,
  • création de parkings supplémentaires

    
Voir sur Youtube

Rechercher une actualité

Prenez rendez-vous

Prendre rendez-vous